A l’occasion de sa sortie officielle, ce 21 décembre à Libreville, le mouvement Honneur et dignité a révélé au grand jour ses objectifs : aller en croisade contre l’intolérance et toutes les formes de comportements et dérives verbales bradant l’honneur et la dignité.

Le président du mouvement Honneur et dignité lors de la création de son association le 21 décembre. © Gabonreview

 

Nouvellement créé, le mouvement Honneur et dignité a inscrit dans ses objectifs d’aller en guerre contre les dérives affectant l’honneur et la dignité des citoyens du pays. Lors de la sortie, ce 21 décembre à Libreville, ce mouvement apolitique présidé par Télesphore Obame Ngomo veut combattre les écarts de comportement qui prennent des proportions inquiétantes.

«Le temps et le règne de l’anarchie, de l’impunité, de l’injure facile et de la caricature intolérable doivent prendre fin. Chacun devra désormais répondre de ses actes et devant qui de droit toutes les fois où l’honneur et la dignité d’une personnalité politique ou publique ou d’un simple citoyen seront piétinés par quiconque pour des raisons bassement justifiables», a prévenu Télesphore Obame Ngomo.

Le mouvement invite les personnes à adhérer. © Gabonreview

Ce mouvement qui n’entend pas se positionner comme moralisateur de service, veut au contraire montrer la voie et éveiller les consciences face à toutes les dérives compromettantes pour les valeurs jadis pratiquées dans le pays. Selon le président du mouvement, cette démarche relève plus d’un devoir que d’autre chose.

«Il va de notre responsabilité, au nom de l’histoire et de l’héritage à léguer aux générations futures, d’insister sur la politesse et cette morale républicaine nécessaire qui devront nous faire un sentiment d’appartenance plus fort que le sentiment de nos différences et de nos désaccords», a-t-il confié.

Face aux torrents d’insultes distillés au quotidien, notamment sur les réseaux sociaux et dans les médias, le mouvement Honneur et dignité veut agir vite et bien. Il se propose de mener des actions fortes fondées sur la légalité dans les semaines à venir. Car selon le mouvement, rien ne donne le droit de brader l’intimité d’un individu. «L’heure est venue de mettre fin à ces comportements rétrogrades et inacceptables», a insisté le promoteur du mouvement. Visiblement révulsé par les publications de sextapes d’hommes publiques, il préconise revenir à l’héritage du débat légué par les anciens.

Selon Télesphore Obame Ngomo, c’est un outil qui a encore toute sa place dans la résolution des conflits sociopolitiques. «Les grandes démocraties enviées aujourd’hui n’ont pas érigé en mode de dénonciation l’injure et l’invective», a-t-il conclu. Désormais, c’est sur le terrain qu’est attendu ce mouvement.

Auteur : Alain Mouanda