Accueil - Actualité - Petit cafouillage sur la visite de Jean Ping à Paris

Petit cafouillage sur la visite de Jean Ping à Paris

Petit cafouillage sur la visite de Jean Ping à Paris

 

Jean Ping sortant du ministère français de la Défense @ Facebook Jean Ping en image

Libreville, Gabon ( ) – Le voyage peu médiatisé de Jean Ping en France où il est arrivé le 20 mars suscite quelques commentaires parfois très déplacés dans les réseaux sociaux.

 

« Jean Ping évacué d’urgence à l’hôpital américain de Paris », ont posté plusieurs gabonais probablement opposant à celui qui se présente et que ses partisans présentent comme le « président élu » du Gabon lors du scrutin présidentiel du 27 août 2016 officiellement remporté par le président sortant Ali Bongo Ondimba.

 

Les auteurs de cette annonce accompagnent l’information par une prétendue capture d’écran d’un présumé journal de France 24, chaîne de télévision très suivie à Libreville. France 24 aurait dépêché une envoyée spéciale au Bourget où le jet probablement médicalisé, se serait posé avec Jean Ping comme passager.

 

D’autres internautes ont posté un bulletin des services des renseignements de l’aéroport international Léon Mba de Libreville. Ce bulletin par contre signale que l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (fonction qui figurerait sur son passeport) aurait quitté Libreville sans visa à bord d’un vol AF 976. Ce code appartient à la compagnie Air France.

 

Pour tuer dans l’œuf toutes ces spéculations, les partisans de Jean Ping sont passés à l’offensive. Ils diffusent des photos de lui sous le froid dans les rues de Paris où par exemple debout devant un bâtiment présenté comme le ministère français de la Défense.

 

« Jean Ping, le président élu est debout sur ses deux pieds », a clamé un internaute qui a diffusé les photos de son « président », au seuil d’une résidence privée.

 

Avant son départ pour la France, Jean Ping n’a fait aucune annonce officielle et publique. Pas même sur sa page facebook très peu mise à jour depuis quelques semaines.

Martin Safou

 

Transcription

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Vicenzo-Fazzino.jpg
Menace d’année blanche : ce n’est pas l’UNESCO qui décide (représentant)

  Le représentant de l’UNESCO au Gabon,  Vincenzo Fazzino mercredi 22 mars à Libreville @   Libreville, Gabon ( ) – Le représentant de l’UNESCO au Gabon,  Vincenzo Fazzino interrogé mercredi à Libreville au sujet du spectre d’une année blanche qui pèse sur le Gabon, à cause de la longue grève dans le secteur de l’éducation ...

Fermer