Accueil - À LA UNE - Fuite des cerveaux : Annick Ozenga Mbourou et Jean-Jacques Eyi Ngwa, ne sont plus les soutiens de jean Ping en France

Fuite des cerveaux : Annick Ozenga Mbourou et Jean-Jacques Eyi Ngwa, ne sont plus les soutiens de jean Ping en France

Annick-Ozenga-Mbourou-et-Jean-Jacques-Eyi-Ngwa

Annick-Ozenga-Mbourou-et-Jean-Jacques-Eyi-Ngwa

Jean Ping, rien ne va plus pour le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle du 27 aout 2016, au Gabon. Samedi 15 juillet 2017, il y avait suspicions et autres attaques personnels entre les soutiens de Jean Ping réunis une fois de plus Place Trocadéro à Paris, et d’après les échos, deux personnes étaient incriminées tout spécialement, Annick Ozenga Mbourou et Jean-Jacques Eyi Ngwa.  

En effet, on dit qu’un malheur n’arrive jamais seul, après la sortie médiatique de Paul Marie Gondjout, en qualité de secrétaire exécutif adjoint de l’Union nationale et d’ancien commissaire de l’opposition à la Commission électorale, qui a osé déclarer à RFI, que face à la crise post-électorale qui perdure :  « ni Bongo ni Ping, mais une troisième voie », c’est autour de deux figures importantes de la diaspora gabonaise, Mme Annick Ozenga Mbourou et  M. Jean-Jacques Eyi Ngwa, de prendre le large et d’abandonner l’homme d’Omboué et son navire en déshérence pour rejoindre l’opposition intelligente et responsable, dirigé par M. René Ndemezo’o Obiang, patron de Démocratie nouvelle.

Promesse de poste à l’appui, la saignée se poursuit chez Jean Ping, la longue liste des noms dans quelques jours, voire quelques heures.

Affaire à suivre

Am DWORACZEK-BENDOME
18 Juin 2017

ali bongo ANNICK OZENGA MBOUROU crise postélectorale diaspora gabonaise fang France gabon Jean Ping JEAN-JACQUES EYI NGWA politique RENE NDEMEZO’O OBIANG

Un commentaire

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Benicien BOUSCHEDY à la jeunesse gabonaise « Nous faisons la plus grande honte de notre propre pays »

l'écrivain Benicien Bouchedy.pyramidmediagabon. Chers frères et sœurs, Je voudrais, sans prétention, vers vos consciences, jeter cette correspondance sans euphémisme, dévoiler la bâche de la malédiction que nous avons héritée des cancres dérivés de cette noble terre et que certains parmi vous brandissent comme un bouquet de fierté alors qu’elle nous présente, en réalité, comme une ...

Fermer