Accueil - Actualité - Gabon – Inondations au PK7 : Terre nouvelle en colère

Gabon – Inondations au PK7 : Terre nouvelle en colère

Exacerbés par les inondations causées par les travaux d’aménagements de l’axe PK5-PK12, les habitants de Terre nouvelle, dans la zone du PK7 à Libreville, ont barricadé la voie d’accès menant à leur quartier, le 9 octobre.

gabon-inondations-au-pk7-terre-nouvelle-en-colere

 

Les habitants de Terre nouvelle au PK7, dans le 5e arrondissement de Libreville, sont en colère. Elles ont barricadé l’accès menant à leur quartier, le 9 octobre. Une expression de colère motivée par les désagréments relatifs aux travaux d’aménagement routier de l’axe PK5-PK12, réalisés par l’entreprise Colas.

En effet, depuis le démarrage des travaux d’aménagement de la route 2×2 voies, les populations de la zone PK7-PK9 se retrouvent les pieds dans l’eau à la moindre pluie. En effet, ces travaux auraient bouché les canalisations dans cette zone, empêchant de facto l’évacuation des eaux de ruissellement.

«Depuis que les travaux de la route ont commencé nous souffrons. Il y a des inondations ici parce que les canalisations sont bouchées», a déploré un riverain de Terre nouvelle. Il y a inondations ici parce que les canalisations sont bouchées. Et les moyens de transport se font rares dans le coin à cause de la boue. Nous manifestons pour attirer l’attention des autorités compétentes afin de trouver la solution», a ajouté Alain Serge Makoti.

Les populations souhaitent une accélération du rythme de travaux pour les soustraire de cet « enfer ». Toutefois, cette fâcheuse situation pourrait perdurer. Car, beaucoup d’indices laissant penser que le chantier d’aménagement routier ne serait pas livrer en février 2018, comme annoncé par Colas. Au grand dam des riverains de Terre nouvelle et, plus globalement, de la zone PK7-PK9.

avec gabonreview

 

Transcription

gabon infrastructure routier Inondations au PK7

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Gabon – Visite aux prisonniers : Ping n’a pas qualité pour voir ses alliés

Le refus opposé à l’ancien candidat à la présidentielle d’août 2016, de communiquer le 6 octobre 2017, avec ses alliés en détention préventive à la prison centrale de Libreville, n’aurait été que la conséquence de l’application de l’article 33 de la loi n°55/59 du 15 décembre 1959, et non une violation des droits de l’homme ...

Fermer