Accueil - Afrique - POLITIQUE NATIONALE : L’AJIR, le FFS, le PPR et le RDS font leurs fiançailles

POLITIQUE NATIONALE : L’AJIR, le FFS, le PPR et le RDS font leurs fiançailles

POLITIQUE NATIONALE :   L’AJIR, le FFS, le PPR et le RDS font leurs fiançailles

 

Une nouvelle formation politique de gauche regroupant quatre partis politiques, vient de voir le jour. Il s’agit de l’Union pour la démocratie et le progrès (UDP) où on retrouve l’AJIR, le FFS, le PPR et le RDS. C’est pour annoncer officiellement l’existence de ce regroupement que les premiers responsables des partis ont rencontré la presse, le mercredi 6 décembre 2017, à Ouagadougou.

« Les préoccupations majeures des Burkinabè ne résident pas dans le nombre des partis politiques, mais dans leur capacité à apporter des réponses pérennes et idoines aux attentes des populations », a déclaré à la presse le 6 décembre dernier, François Tambi Kaboré, président du Parti du peuple républicain (PPR). C’était pour donner les raisons de la création de la toute nouvelle formation politique qu’est l’Union pour la démocratie et le progrès (UDP). Et d’indiquer que ce regroupement est le fait des partis politiques que sont, l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR) du président Adama Kanazoé, le Front des forces socialistes (FFS) du président Nebnoma Edouard Zabré, le PPR de François Tambi Kaboré et le Rassemblement pour la démocratie et le socialisme (RDS) du président Ouindélassida Franois Ouédraogo. Selon François Tambi Kaboré, ces différentes formations politiques restent persuadées qu’un regroupement de partis partageant les mêmes valeurs et principes accroît leur efficacité et leur efficience. Ajoutant que ces partis ont décidé de fédérer leurs énergies pour mieux participer aux efforts pour la résolution durable des préoccupations des Burkinabè à travers la mise en place d’un cadre d’expression, de concertation et d’action qu’est l’UDP. Celle-ci est d’obédience progressiste, de gauche et se déclare membre de la majorité présidentielle, ont relevé les fondateurs de  l’Union tout en ne manquant pas de souligner qu’elle apporte son soutien aux efforts de développement économique et social du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Pour l’instant, au sein de l’UDP, selon ses premiers responsables, chaque parti membre garde une certaine autonomie lui permettant d’entreprendre des actions individuelles qui ne soient pas en contradiction avec les valeurs et les idéaux de l’UDP. C’est une Union qui a des objectifs, comme le fait savoir François Tambi Kaboré qui assure présentement la présidence tournante de l’UDP qui dure trois mois. Et de préciser que ces objectifs sont, entre autres, de définir et d’appliquer une position concertée ou consensuelle sur les questions d’intérêt national ou sur toute autre question qu’il lui plairait de s’en saisir pour l’intérêt de l’ensemble de ses membres ; de définir et d’appliquer une stratégie électorale susceptible de renforcer la représentativité de l’UDP au sein de l’Assemblée nationale et dans les conseils municipaux ; de mettre en œuvre des actions concertées susceptibles de renforcer et d’améliorer sa contribution dans la réalisation du programme du président du Faso.

Cette Union vise également à promouvoir les valeurs de justice, d’équité, de solidarité, de liberté, de paix, d’égalité et de progrès dans la gestion du pouvoir d’Etat. Sur le plan africain, l’UDP, déclarent ses responsables, apportera sa contribution dans la lutte pour l’unité africaine réelle et non verbale qui sera la clef pour la résolution des problèmes des Africains. Mais, qu’en sera-t-il, lors des prochaines échéances électorales ? A ce sujet, Adama Kanazoé, président de l’AJIR, fait savoir qu’aux législatives, par exemple, « nous pouvons avoir des candidatures concertées et à la présidentielle, il n’est pas exclu que nous soutenons la candidature de la majorité présidentielle ». Ce que confirment ses camarades. Et répondant à la question de savoir si ce regroupement de partis ne fait pas suite à certaines difficultés que vit son parti à travers des démissions, Adama Kanazoé a indiqué que c’est une situation que vivent les partis politiques et même les plus grands de façon générale. Avant de souligner que ce sont des partis forts qui ont décidé de se mettre ensemble pour créer l’UDP. Ouindélassida François Ouédraogo, président du RDS, a réagi à une préoccupation d’un confrère qui demandait si l’UDP n’est pas ce regroupement qu’ambitionnait de créer feu Salifou Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale. Il dira qu’il n’en est rien et que cela fait plus d’une année que ses camarades et lui réfléchissaient à la naissance de cette formation politique. Et que c’est au lendemain du décès de Salifou Diallo qu’ils ont eu vent de cette information avant d’ajouter qu’ils étaient allés rencontrer ce dernier pour lui parler de leur projet. Selon le président Adama Kanazoé, ils sont à l’étape des fiançailles et le mariage, affirme-t-il, va être célébré bientôt et un comité est en train de travailler sur les textes fondamentaux dont certains sont prêts, a confié François Tambi Kaboré. Pour ce dernier, ils ont décidé de s’unir pour être plus efficaces dans la mise en œuvre du programme du président Roch Marc Christian Kaboré.

Antoine BATTIONO

 


Avec lepays.bf

A la une Ombre et lumière

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
UNIVERSITE OUAGA I PR JOSEPH KI-ZERBO : Affrontement sanglant entre étudiants

    Décidément, le bras de fer entre l’Administration de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo et l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) est loin d’être terminé. En rappel, ce bras de fer s’est engagé suite à la sanction prononcée contre l’étudiant Yénilo Bahan, accusé d’avoir agressé son camarade Karim Zango et d’avoir été ...

Fermer