Accueil - Gabon - Discours à la Nation d’Ali Bongo : L’effet boomerang !

Discours à la Nation d’Ali Bongo : L’effet boomerang !

Après le discours de vœux d’Ali Bongo le 31 décembre dernier, nombreux sont encore frappés par les promesses fleuves du Chef de l’Etat qui a dit faire de 2018, « une année capitale », « une année du concret ». Seulement, dans un contexte économique difficile que traverse le Gabon depuis trois ans, les promesses non budgétisées du Président de la République suscitent le doute dans leur réalisation.

 

Certains y voient des promesses démagogiques et accusent le Chef de l’Etat de vivre sur un nuage, complètement déconnecté des réalités du pays. D’autres par contre voient là enfin, une occasion véritable pour le développement du Gabon. Les annonces d’Ali Bongo Ondimba, lors de son allocution circonstancielle fin décembre dernier, restent diversement appréciées. Pas besoin de faire un recensement exhaustif de toutes les promesses regroupées sous le double sceau de l’action et de la cohésion tous azimuts. Rien que la cohésion économique qui touche directement le quotidien des populations fait déjà réfléchir plus d’un sur comment le Président de la République va s’y prendre pour financer certaines mesures.

 

L’exemple le plus significatif reste la création d’un Fonds d’Investissements Départemental (FID), qui sera géré par le gouvernorat de province de concert avec les collectivités locales concernées. Si l’idée est louable et permet ainsi le développement territorial local, notamment dans le cadre des politiques de décentralisation, elle pose tout de même un problème de mise en œuvre, car tout fonds, pour être opérationnel a besoin d’être financé. On se demande alors d’où viendront les moyens pour le financer le FID. Surtout que le Gabon comptant un peu plus de 43 départements, ce fonds devrait être pourvu d’au moins 43 milliards, même si le Chef de l’Etat n’a pas précisé la périodicité et les modalités d’attribution de ces milliards aux départements.

 

Comme autre annonce qui suscite le doute, la création de 10.000 emplois par an dans tous les secteurs d’activités. Là encore Ali Bongo Ondimba, pour concrétiser son annonce, a promis l’exonération temporaire des charges sociales de cotisations CNSS aux entreprises. Une exonération allant de 50% à 100%, partant de la première à la troisième embauche. Sauf que la durée temporaire de cette exonération n’a pas été, elle aussi précisée. Ce qui sème le doute, ce n’est pas tant l’imprécision de la durée de cette exonération, mais plutôt la faisabilité même de la promesse. Et cela d’autant plus vrai que le souvenir des 5000 logements par an, promis au plus fort de la campagne électorale de 2009 hante encore les esprits. Surtout pour des annonces non budgétisées dans un contexte de conjoncture économique difficile, marqué par de revendications multisectorielles des travailleurs réclamant partout un mieux-être.


Avec Gabon Eco/Leno KOLEBA
08/01/2018

 

ALI BONGO ONDIMBA - GABON Fonds d’Investissements Départemental (FID)

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Vol à l’arrachée à partir de véhicules : La nouvelle pratique courante à Libreville !

La capitale gabonaise se mue dangereusement, du moins du plan des mœurs qui s’effondrent chaque jour un peu plus tel un château de carte. Les braquages déjà légion augmentent quotidiennement. Et pour preuve, une nouvelle pratique en la matière est enregistrée. Ces voyous commettent désormais leurs forfaits en bandes organisées, mais surtout en utilisant des ...

Fermer