Accueil - À LA UNE - Nouvel An : Vœux 2018 de la presse écrite et audiovisuelle

Nouvel An : Vœux 2018 de la presse écrite et audiovisuelle

12 janvier 2018 – Le président de la République S.E. Ali Bongo Ondimba, a reçu les vœux 2018 de la presse écrite et audiovisuelle au chef de l’Etat.

S.E.-ABO-Voeux-2018-de-la-presse-écrite-et-audiovisuelle.

 


Gabon-Nouvel An- Vœux 2018-Stéphane Nguema-Représentant de la presse

Réponse du Président de la République aux Vœux de la presse

 

Mesdames et messieurs,

Les professionnels des médias, C’est avec un réel plaisir que je vous retrouve ici, pour cet exercice d’usage qu’est la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an.

Mon épouse et moi-même tenons à vous exprimer notre profonde gratitude pour cette attention particulière et pour les vœux formulés à notre égard afin que 2018 soit meilleure et prolifique pour nous tous.

Permettez-moi en retour, de vous souhaiter, à vous, aux membres de vos familles ainsi qu’à l’ensemble des hommes et des femmes de cette corporation, mes vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour cette nouvelle année.

Une nouvelle année placée au Gabon, conformément aux vœux formulés à la Nation le 31 décembre dernier, sous le signe de la cohésion et qui verra se déployer une nouvelle action publique caractérisée par le triple sens des priorités, du concret et de l’efficacité.

Ceci rappeler en préalable, j’en viens à votre discours.

 

Mesdames et messieurs,

Le travail fait avec amour et passion, quel que soit le domaine où le secteur d’activité en général et celui des médias en particulier – le vôtre – traduit indéniablement un attachement à sa profession, et parfois même un dévouement à celle-ci.

Dans un secteur d’activité aussi sensible que celui dans lequel vous évoluez, le professionnalisme ne saurait se dissocier de la notion de responsabilité. Deux qualités qui devraient habiter chacun d’entre vous et qui constitue le fondement de l’éthique journalistique.

 

Mesdames et messieurs,

Vous ferez avec moi – encore une fois – ce triste constat : bon nombre de médias hélas, ne cessent malgré les différents appels à la retenue, de véhiculer à travers les colonnes de leurs publications, les ondes de leurs radios, et les images de leurs programmes, des fausses nouvelles – les fameuses fake news –, ainsi que des messages de haine et de division entre les filles et les fils de cette Nation, notre Nation ! Cette attitude qui ne nous grandit pas, et qui n’honore point la profession de journaliste, met en péril chaque jour un peu plus, la cohésion sociale et l’esprit du « vivre ensemble » que nos prédécesseurs se sont donnés tant de mal à bâtir.

Tout ceci bien que regrettable, traduit selon moi une véritable liberté d’expression dans notre pays, gage de notre démocratie, contrairement à ce que certains parmi nous veulent faire croire. Pour sûr, le Gabon est un pays de liberté d’expression. C’est une réalité incontestable, en dépit des caricatures faites ça et là.

La dépénalisation du délit de presse contenu dans l’actuel code de la communication, et qui fait aujourd’hui l’objet de polémiques, en est la preuve.

Les notions d’éthique et de déontologie devraient être les leitmotive de votre engagement lors de l’accomplissement de votre mission qui est celle d’informer, de renseigner, de décrypter, d’expliquer et de faire comprendre.

 

Mesdames et messieurs,

Le nouveau code de la communication ne devrait pas être considéré comme une épée de Damoclès au-dessus des médias mais plutôt, comme un nouveau pacte qui appelle les uns et les autres à plus de responsabilité et de maturité. Avec l’avènement des nouveaux médias et l’expansion toujours plus grande des réseaux sociaux auxquels sont exposées les générations futures, il est urgent d’interpeler par ce texte les hommes et les femmes des médias sur certaines pratiques.

 

Mesdames et messieurs,

Comme vous l’avez si bien dit, la loi prévoit en effet, dans ledit code, des mécanismes concrets pour financer les actions de développement et de promotion des entreprises et industries de la communication et de la cinématographie. De ce fait, j’ai instruit le ministre de tutelle afin que toutes les dispositions soient prises pour que le « Fonds d’aide et de soutien à la communication » contenu dans l’article 167 de l’actuel Code de la communication soit mis en œuvre dans des délais raisonnables.

 

Mesdames et messieurs,

L’an dernier, en pareille circonstance, j’instruisais déjà les membres du gouvernement de trouver des solutions durables afin que la radio Africa N°1 soit définitivement sortie de la crise qu’elle connait depuis plusieurs années. Le cas de l’Agence gabonaise de presse nous interpelle également.

Il est à noter qu’au cours de l’année écoulée, ces deux médias ont entamé des réunions de concertation avec le ministère de la Communication dans l’optique de trouver des solutions durables, et ce malgré un contexte économique délicat.

Cet engagement du Gouvernement témoigne, mesdames et messieurs, de la volonté des plus hautes autorités de redynamiser ces sources d’informations et redorer ainsi le blason du paysage médiatique gabonais.

 

Mesdames et messieurs,

Comme vous, je souhaite une meilleure formation pour les professionnels que vous êtes. Comme vous avez pu le remarquer, la formation est au cœur de notre action publique.

C’est pourquoi lors de mon adresse à la Nation le 31 décembre dernier, j’ai particulièrement mis l’accent sur la formation en décidant de doter 94 établissements en salle informatique disposant d’une connexion internet de qualité et ce, dès la fin de ce trimestre. L’objectif étant d’améliorer l’apprentissage de nos jeunes compatriotes dans un monde en perpétuelle mutation du fait notamment des évolutions constantes et rapides en matière numérique.

Dans cette perspective, je comprends votre souhait d’être mieux outillé et formé. L’école de journalisme, dont vous avez fait mention dans votre discours, ouvrira prochainement ses portes.

Je peux donc déjà vous annoncer que, dès la rentrée scolaire prochaine, c’est-à-dire 2018 – 2019, cette école spécialisée accueillera ses premiers étudiants.

Mesdames et messieurs,

 Mon programme pour l’Egalité des chances s’adresse à toutes les personnes désireuses de donner le meilleur d’elles-mêmes, ceci, afin qu’ensemble nous puissions bâtir une nation plus forte et unie.

Le monde de la communication est un monde dans lequel seuls les meilleurs sont capables de se hisser au sommet de la Pyramide. Les meilleurs, c’est-à-dire ceux qui font leur travail librement, consciencieusement et avec rigueur dans le strict respect des lois et règles, de la déontologie et de l’éthique professionnelles.

Une des critiques qui revient souvent provenant de journalistes est celle de votre difficulté à avoir accès à l’information auprès des sources officielles. Afin de répondre à votre préoccupation, un nouvel outil dénommé PressOne sera mis à votre disposition dans les tout prochains jours. Il donnera accès aux professionnels des médias que vous êtes à des contenus inédits et exclusifs sur nos différentes actions. Images, vidéos, textes et audios seront compilés sur cette plateforme de partage entièrement conçue pour vous.

 

Mesdames et messieurs,

Pour cette nouvelle année, donnons-nous les moyens d’être meilleur.

C’est par cet appel que je voudrais clore mon propos et vous souhaiter à nouveau une bonne et heureuse année à toutes et à tous !

 

Je vous remercie.

Gabon- Vœux 2018 de la presse écrite et audiovisuelle- de l’ensemble

FR2018 0112 DIiscours PR Reponse Voeux Communication

 


Rédaction @DBNews
13/01/2018

 

ali bongo ondimba communication gabon nouvel an PRESSE ECRITE ET AUDIOVISUELLE VŒUX 2018

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Trois Options Pour Gagner De L’Argent En Ligne

Avec la croissance du numérique et de l’influence d’internet que ce soit dans notre économie ou dans nos relations de tous les jours, il est également important de prendre conscience que ce support permet aussi de gagner de l’argent rapidement, et parfois, gratuitement. Tout peut se vendre, comme tout peut s’acheter sur internet, et c’est ...

Fermer