Accueil - Afrique - Rajeev Kumar : « Nous apportons un chiffre d’affaires d’un million de dollars »

Rajeev Kumar : « Nous apportons un chiffre d’affaires d’un million de dollars »

Rajeev KumarRajeev Kumar

Partagez!

Ambassadeur de l’Inde au Sénégal depuis 2016, son Excellence Rajeev Kumar a reçu, dans les locaux de son ambassade, la rédaction d’Africtelegraph.com Avec beaucoup de modestie et de courtoisie, le diplomate s’est prêté sans ambages à toutes nos questions. Il n’a rien laissé au hasard. Il s’est même permis de s’exprimer sur le terrorisme, un fait qui hante le sommeil de tout le monde.

Les relations entre l’Inde et le Sénégal n’ont jamais occupé le devant de la scène des rapports Inde-Afrique. Les observateurs s’intéressent davantage aux relations de l’Inde avec l’Afrique de l’Est et du Sud, du fait d’un passé colonial commun et de la présence d’une importante diaspora. Pourtant, les relations entre l’Inde et le Sénégal sont emblématiques de la coopération Sud-Sud. Elles permettent d’illustrer la volonté des dirigeants Indiens de forger de nouveaux « partenariats mutuellement bénéfiques » et de rendre compte de la stratégie des pays africains de coopérer avec les grands émergents, devenus des partenaires commerciaux majeurs et des acteurs incontournables pour le développement.

« J’ai déjà travaillé en Europe et en Amérique latine. Je pense que le Sénégal est un beau pays. Avant de venir ici, tout le monde se posait la question de savoir où se trouve le Sénégal ? J’apprécie beaucoup l’humanisme des uns et des autres. Je suis bien dans ce pays de Teranga (un mot wolof qui signifie pays d’accueil). La démocratie existe dans ce pays depuis 1960. En plus de cela, le pays est stable avec une excellente sécurité. Il m’arrivait même tout au début de marcher, lorsque j’habitais en ville, précisément à Plateau », explique d’emblée, Rajeev Kumar, Ambassadeur de l’Inde au Sénégal.

« Nous apportons un chiffre d’affaires d’un million de dollars »

Entre la Gambie, le Cap-Vert, la Guinée Bissau, nous nous sentons mieux au Sénégal, parce que c’est un grand pays avec 15 millions d’habitants. Nous avons d’excellentes relations avec le Sénégal ; nous apportons un chiffre d’affaires d’un million 300 milles dollars américains annuellement. L’Inde exporte pour le Sénégal 145 millions de dollars.

En réalité, il y a une différence entre le Sénégal, la Gambie, la Guinée Bissau ou le Cap-vert. Quand bien même, nos relations sont aussi bonnes. La Gambie est un petit pays y compris les autres, par rapport au Sénégal. Mais, j’avoue des relations très proches avec ses pays. Toutefois, le diplomate  a reconnu qu’il est difficile de faire la jonction entre ces différents pays.

« C’est difficile parce que, tous les pays ont une importance capitale pour nous. Bientôt, nous allons ouvrir des ambassades dans ces différents pays », annonce le diplomate indien. L’Ambassadeur Indien a fait comprendre qu’il lui arrive d’être sollicité par exemple en Guinée Bissau. Se trouvant au Sénégal, c’est souvent difficile d’apporter un appui à des blessés qui se situent en Guinée Bissau.

« Nos relations commerciales avec le Sénégal ont débuté depuis 1980 »

L’Inde et le Sénégal ont emprunté différents voies vers l’indépendance, mais les deux pays ont des points communs en termes de leadership, surtout dans la période post coloniale. Alors que l’Inde fait figure actuellement de puissance régionale émergente dotée d’une économie dynamique, le Sénégal a démontré en plusieurs occasions son poids en Afrique de l’Ouest, grâce à sa stabilité politique et économique.

«  L’Ambassade de l’Inde au Sénégal est ouverte depuis 1962. Nous avons investi dans les industries chimiques du Sénégal, en premier lieu vers les années 1980. L’inde est le premier pays qui a décidé de s’investir dans les ICS. On achète toutes les productions des ICS. Donc, les relations commerciales entre l’Inde et le Sénégal ont débuté depuis 1980 », a dit le diplomate. Hormis cela, Rajeev Kumar a soutenu que « l’Inde a investi aussi dans d’autres secteurs tels que l’éducation, la jeunesse, ect… ».

« On doit définir qui est terroriste »

Le terrorisme est l’emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses ou idéologiques. Les multiples définitions (varient sur : l’usage de la violence (certaines comprennent des groupes n’utilisant pas la violence mais ayant un discours radical). «  Pour combattre le mal , il faut une bonne synergie dans tous les pays du monde. Nous en avons parlé, avec la communauté internationale, par le biais de notre Premier Ministre. Notre gouvernement incite la communauté internationale à combattre le mal. On doit définir qui est terroriste. Maintenant, c’est compliqué », a martelé son Excellence Rajeev Kumar.

Pour le diplomate Indien, « le terrorisme existe parce que les terroristes peuvent se réfugier dans plusieurs pays »

Et d’ajouter : « Il faut tirer les leçons de la finance pour les organisations terroristes ». Dans son speech, il a aussi évoqué le sujet des armes : « le terrorisme n’a rien à voir avec la religion », a-t-il conclu.

LIRE AUSSI  Sénégal et la Guinée Bissau : Vers un partenariat frontalier

 

commentaires




Avec Afric Telegrah

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Adoption du bilan moral et financier de la ligue de Handball de l'Estuaire

LIBREVILLE, 16 Avril (AGP) - Le bilan moral et financier de la ligue de handball de l’Estuaire a été adopté par les délégués au cours de l’assemblée générale ordinaire qui s’est tenue, le samedi 14 février dernier à Libreville, a constaté l’AGP. La présidente de la ligue de handball de l’Estuaire, Mélanie Ntsame Mba a ...

Fermer